Croquettes de chana dal et d’okara

On mange souvent du dal ici car c’est un plat facile à préparer, à condition de s’y mettre un peu à l’avance. Je le sers avec du riz basmati, ou des pains indiens comme les chapatis. Allongé avec de l’eau ou du bouillon de légumes, il fait une soupe. Et quand il en reste, on peut soit le congeler, soit le transformer en croquettes.

Depuis que mes aventures avec la Soyabella me laissent de l’okara presque tous les jours, j’ai eu l’idée d’en incorporer dans la recette.

J’affectionne particulièrement le goût assuré du chana dal et sa couleur jaune foncé, mais on pourrait bien sûr substituer un autre type de dal, comme le moong dal ou l’urad dal (tous se trouvent dans les épiceries indiennes). Sinon, les lentilles font aussi d’excellentes croquettes, et n’ont pas besoin d’être trempées au préalable.

Quant à l’okara, j’ai utilisé un okara de noisettes mais n’importe lequel pourrait servir. Et si vous n’en avez pas, omettez-le tout simplement.

Dal croq 4 redim

Pour 8 croquettes

180 g de chana dal
Un bâton de cannelle
1 c à c de curcuma
2 gousses d’ail
Un morceau de gingembre frais
Un poireau
Une carotte
120 g d’okara bien pressé
1 c à c de sel
Un petit oignon
2 c à s d’huile d’arachide ou de tournesol
1 c à c de graines de moutarde
30 g (ou plus) de farine d’avoine

Faites tremper le dal dans beaucoup d’eau pendant toute une nuit. Egouttez et rincez-le bien et mettez-le dans une grande casserole avec la cannelle, le curcuma, l’ail pelé, le gingembre haché menu, et suffisamment d’eau pour couvrir le tout de 4-5 centimètres. Portez à ébullition et enlevez l’écume qui monte à la surface. Laissez mijoter le dal pendant une heure et demie, ou jusqu’à ce qu’il soit tendre, en rajoutant de l’eau s’il commence à coller au fond de la casserole. Enlevez le bâton de cannelle. A ce stade, le dal doit ressembler à une purée un peu liquide.

Pendant ce temps, coupez le poireau et la carotte en petits dés et faites-les cuire dans un peu d’eau pendant 5 minutes environ. Egouttez.

Ajoutez ces légumes au dal avec l’okara et le sel et continuez à mijoter jusqu’à obtenir une pâte épaisse. Surveillez-le bien vers la fin de la cuisson, en tournant avec une cuillère en bois.

Hachez finement l’oignon. Chauffez 1 c à s d’huile dans une petite poêle et ajoutez les graines de moutarde. Dès qu’elles commencent à sautiller, ajoutez l’oignon et faites-le roussir.

Versez le contenu de la poêle dans le dal, avec l’huile, tournez bien et laissez refroidir. Cette pâte peut se garder au réfrigérateur ; elle n’en sera que plus facile à travailler.

Pour préparer les croquettes, divisez la pâte en huit et disposez les morceaux sur un plan de travail bien fariné avec de la farine d’avoine. Formez rapidement les croquettes, en rajoutant de la farine dès que la pâte menace de coller aux doigts.

Chauffez le reste de l’huile dans une poêle anti-adhérente et faites dorer les croquettes environ 5 minutes de chaque côté.

Tags: , ,

10 réponses to “Croquettes de chana dal et d’okara”

  1. mamapasta dit :

    il faut que j’aille à Bordeaux pour acheter des légumes secs indiens….le plein une fois par an , pour pouvoir tester ta recette.

  2. Pauline dit :

    Moi je dois aller à Paris – deux heures de train – mais heureusement j’ai d’autres raisons de m’y rendre et puis le dal et les épices se conservent très bien.

  3. Mlle Pigut dit :

    Ooo le dhal est aussi un classique revisité régulièrement chez moi! La plupart du temps, j’utilise toute sorte de lentilles (ou autres légumineuses mêmes) et d’épices…
    Bravo pour cette recette très sympa qui réutilise au lieu de jeter en plus (impensable de jeter de la nourriture pour moi!), super!

    Et je suis bien contente que tu sois repassée par mon site car depuis plus un mois ou deux j’avais perdu l’adresse de ton blog que j’aime bien suivre! :-p

  4. Pauline dit :

    Merci beaucoup de ta visite et à bientôt ! En effet on est sur la même longueur d’onde dans plusieurs domaines.

  5. Je l’ai mise sur le groupe Soyabella.
    Sinon, je me demandais, c’est quoi ta recette de dal basique (comme tu dis que tu en fais souvent) Est-ce comme ici : chana dal cuit 1h30 + carotte et poireaux à l’eau + épices et oignon poêlé ?
    et… encore une question : je n’ai pas de chana dal, vaut-il mieux le remplacer par des lentilles blondes, vertes, brunes ou roses ? ou des pois cassés ou chiches ?

  6. Pauline dit :

    A la base, oui, le dal mijoté d’abord (je mets toujours du gingembre et de l’ail), puis je rajoute du sel et (pas toujours) des légumes. Ca peut être des restes, ou ce que j’ai au jardin – les petits concombres et courgettes commencent et c’est pas la peine de les cuisiner à part. Idem pour les poivrons et les aubergines un peu plus tard.

    On peut aussi ajouter des épices en début de cuisson du dal (moins de calories) mais je trouve qu’elles ont plus de saveur si on les fait revenir dans de l’huile (ou du ghee si on n’est pas végétalien). Par exemple, du cumin entier ou du fenugrec ou des graines de pavot, ou de la noix de coco fraîchement râpée… Pour moi, l’oignon n’est pas indispensable.

    Concernant les lentilles, c’est une question de préférence et de temps disponible. Les petites lentilles roses cuisent rapidement, mais j’aime mieux celles qui sont beiges teintées de vert. Avec des pois cassés ça doit marcher également. Les pois chiches, pourquoi pas, mais je les cuisine plutôt avec des tomates.

  7. tasteofbeirut dit :

    J’adore tous ces plats de lentilles et celui-ci avec ces épices me parait particulièrement savoureux!

  8. Merci pour tes précisions.
    Pour cuire les lentilles « à l’indienne » en fait, je fais revenir les épices dans la cocotte avec un oignon et un peu d’huile, puis j’ajoute les lentilles et l’eau. L’inconvénient c’est qu’il faut doser la bonne quantité d’eau car on ne peut pas « égoutter » sans perdre toutes les saveurs. Je me demandais si il y avait un intérêt gustatif à les faire revenir séparément. (Si ça se trouve, je fais du dal sans le savoir !)
    Bonne soirée !

  9. Pauline dit :

    Tasteofbeirut : merci !

    La fourmi : je procède comme toi pour n’importe quel autre plat indien – de haricots, de pois chiches, de légumes… mais le dal je l’ai toujours préparé ainsi. Cette « touche finale » s’appelle une tarka. Il me semble qu’il existe quelquechose de similaire aux Caraïbes non? mais le nom m’échappe pour l’instant.

    L’intérêt gustatif, c’est peut-être simplement qu’on peut faire une grande quantité de dal pour plusieurs jours, ou pour en congéler une partie, et le relever chaque jour d’épices différentes ? Pimenté pour les membres de la famille qui aiment ça, par exemple.

Laisser un commentaire