Glögg suédois

Autrefois une certaine entreprise suédoise de grande distribution offrait à ses clients du glögg – un cousin du vin chaud français – pendant la période des fêtes de fin d’année.

Hélas, cette tradition chaleureuse est tombée en désuétude et il faut désormais acheter son glögg en bouteille dans la boutique alimentation de la marque. Le breuvage ayant perdu une grande partie de son charme en devenant payant, j’ai appris à le préparer moi-même.

Pour démarrer 2011 sur une note festive (et clôturer cette mini-série sur la cuisine nordique), je vous présente une version originale, dans laquelle la bière remplace le vin rouge. J’ai trouvé la recette sur le blog de Cecilia. Ne manquez pas d’y faire un tour : vous tomberez en admiration gourmande devant ses photos de cupcakes !

Buckler

 
 

La base de la recette est ce que les Suédois appellent "bière légère". Celle-ci correspondrait plutôt à notre "bière sans alcool", qui peut légalement en contenir jusqu’à 1,2 %.

 
 

Pour environ 5 litres de glögg (7 bouteilles à 75 cl)

6 litres de bière sans alcool (Buckler ou Tourtel)
400 g de pommes de terre, en tranches fines
60 g de levure instantanée
15 g de clous de girofle
25 g de cardamome
5 cm de gingembre frais, écrasé
4 bâtons de cannelle
250 g de raisins secs
250 g d’abricots secs
2,5 kg de sucre de canne blond
L’écorce d’une grosse orange

Glögg ingrédients

Mettez tous les ingrédients dans un grand récipient de qualité alimentaire et mélangez bien.

Glögg j1

Posez un couvercle en biais ou couvrez le récipient de film étirable dans lequel vous percerez plusieurs trous (pour que les gaz carboniques puissent s’échapper). Après trois jours, le sucre et la levure ont conjugué leurs talents pour remettre de l’alcool dans la bière…

Glögg j4

Glögg comp1

Quand les bulles retombent et le glögg retrouve un aspect plus terne, laissez-le macérer de trois à six semaines à température ambiante avant de le filtrer et mettre en bouteilles.

Au moment de servir, faites chauffer du glögg sur feu doux et versez-le dans de petits verres résistants à la chaleur. Mettez quelques amandes, noisettes et/ou raisins secs dans chaque verre. Il est sucré, parfumé, réconfortant, et plus ou moins alcoolisé selon qu’on le sert dès qu’il commence à frémir ou qu’on le laisse mijoter à petits bouillons pendant quelques minutes.

A partager, à offrir… ou à conserver jusqu’à la prochaine fête.

 

Je vous souhaite une excellente année, pétrie de sérénité et pimentée de succulents repas et d’autres joies diverses.

6 réponses to “Glögg suédois”

  1. Sweet Faery dit :

    Je vois que toi aussi tu aimes bien publier des recettes repérées à droite à gauche, je me sens moins coupable lol !
    J’en profite pour te souhaiter une très heureuse année 2011 ! 🙂

  2. mamapasta dit :

    et les bouchons restent sur les bouteilles avec le gaz carbonique qui pousse?
    bonne et joyeuse nouvelle année !

  3. Pauline dit :

    Merci de vos voeux.

    Sweet Faery
    pourquoi on se sentirait coupable, si on reconnaît ses sources ? Mais ton commentaire mérite une réponse plus ample… à très bientôt !

    Mamapasta
    normalement tout le gaz est parti au moment de la mise en bouteilles, mais je surveille…

  4. Clem dit :

    C’est marrant ce truc, je ne connaissais pas, quand je pense que j’étais à Stockholm cet été et que je n’y ai pas goûté!

  5. Pauline dit :

    Bonjour Clem, c’est plutôt pour se réchauffer l’hiver – je suis à Stockholm en ce moment et le glögg se vend un peu partout, dans les bars, dans la rue…

  6. Tiuscha dit :

    Je le fais à la provençale en ajoutant des amande dedans au dernier moment, un glögg qui croque sous la dent !

Laisser un commentaire